Génocide rwandais, un procès à retardement

10 février 2014
twitterlinkedinmailtwitterlinkedinmail

C'est un procès historique qui débute aujourd'hui devant les assises de Paris. Pour la première fois en France, un ancien dignitaire rwandais est appelé à répondre de ses actes lors du génocide de 1994. Fait rarissime, les audiences seront intégralement filmés. En effet, au vu de l’atrocité des actes mis au jour par les enquêteurs et de l'importance des témoins cités à la barre, c'est bel et bien une page de l'histoire du Rwanda qui va s'écrire lors de ces six semaines d'audience.
Dans le viseur de la justice : Pascal Simbikangwa, 54 ans, Cousin de l'ex-président Juvénal Habyarimana, il est accusé d'avoir contribué " à la pratique massive et systématique d'exécutions sommaires et autres actes inhumains ". Concrètement, on lui reproche d'avoir joué un rôle clé auprès des miliciens hutus postés aux différents barrages quadrillant le pays. Ces derniers avaient pour mission de filtrer la population, d'y repérer les Tutsis et de les exécuter dans la foulée. Rappelons qu'entre avril et juillet 1994, 800 000 Rwandais ( des Tutsis principalement, mais aussi certains Hutus modérés) vont périr sous les coups de machettes de leurs tortionnaires. Pascal Simbikangwa aurait encouragé le passage à l'acte des miliciens et les aurait aussi approvisionnés en armes. il est poursuivi pour " complicité de génocide " et " complicité de crime contre l’humanité".

Veuillez télécharger le pdf pour lire la suite de l'article:

Article rédigé par : admin