L'Obs: Non, les avocats ne sont pas « ubérisables » !

29 janvier 2016
twitterlinkedinmailtwitterlinkedinmail

Après le transport, la restauration et l’hôtellerie, l’Ubérisation s’attaque à des pans de l’économie qu’on pensait intouchables et inaltérables comme celui du droit.

De nouvelles plateformes juridiques se créent sur la Toile et semblent proposer une offre comparable à celle des avocats. Il n’en est rien. Pour reprendre le célèbre slogan de Canada Dry, « ça ressemble à du droit, ça emprunte le vocabulaire du droit…mais ça n’est pas du droit ». Ce mirage juridique doit donc être dénoncé avant que les « justiciables-internautes » ne s’y laissent piéger…

Ce néologisme est aujourd’hui repris par tous les grands patrons, journalistes et économistes sans oublier les politiques. Signe d’un succès durable, une page Wikipédia a été ouverte et un observatoire de l’ubérisation a même été créé pour analyser cette tendance sociétale.

L’ubérisation (ou le «  changement rapide des rapports de force grâce au numérique  ») est accueillie favorablement par tous les consommateurs en quête d’économies, et fait trembler depuis plusieurs mois toutes les professions réglementées, sans exception…

Les professionnels du droit en sont les nouvelles victimes, au premier rang desquels les avocats.

Veuillez télécharger le lien pour lire la suite de l’article:

http://rue89.nouvelobs.com/blog/oh-my-code/2015/10/31/non-les-avocats-ne-sont-pas-uberisables-235071

Article rédigé par : Emmanuel Daoud et Rebecca Nahon