Valls ou le paradoxe du comédien

05 septembre 2013
twitterlinkedinmailtwitterlinkedinmail

Il y a longtemps déjà que, dans "Paradoxe sur le comédien", Diderot l'a montré: mieux vaut ne pas ressentir l’émotion pour bien la jouer.

Gageons que Manuel Valls, nouveau champion de la com' , ministre préféré des Français, l'incarne. Qu'au vrai, il ne pense pas ce qu'il dit du projet de réforme pénale de la Chancellerie. Et que c'est bien parce qu'il ne le pense pas qu'il convainc le public.

D'autant que, s'il est une chose paradoxale, c'est bien la politique, surtout la politique pénale. Est en effet paradoxal ce qui contredit (para) l'opinion commune (doxa). Or, bien souvent un réforme pénale plus douce, bien que nécessaire , heurte l'opinion publique, par nature encline à la répression.

Veuillez cliquer  sur le lien pour lire la suite de l'article:

 

http://www.rue89.com/2013/08/29/reforme-taubira-valls-pense-quil-dit-245261

Article rédigé par : Emmanuel Mercinier