Me Emmanuel Daoud: l'état d'urgence ne protège pas contre les recours

25 novembre 2015

Depuis la mise en place de l’état d’urgence suite aux attentats du 13 novembre, les perquisitions se multiplient sur le territoire. Y-a-t-il un risque d’atteintes aux libertés individuelles et publiques? Emmanuel Daoud, avocat au Barreau de Paris, rassure et explique qu’une « loi, votée le 20 novembre dernier, encadre ce régime des perquisitions ».

Entre le 16 et 24 novembre, il a été recensé 1233 perquisitions, 266 assignations à résidence, 165 interpellations et 230 saisies d’armes. Des sites se sont aussitôt lancés dans le référencement des actions de l’État. Le wiki de la Quadrature du net annonce « recenser les articles de presse qui parlent de possibles abus/ dérapages liés à l’état d’urgence. »

« Nous sommes dans un état d’urgence avec des pouvoirs très élargis confiés à l’autorité administrative, » explique Emmanuel Daoud. Il confirme que les avocats commencent à être sollicités. « Nous commençons à voir remonter à destinations des avocats et vers les barreaux des justiciables qui se plaignent de la façon dont les choses se déroulent ». Il estime aussi que cela va durer puisque l’état d’urgence a été voté pour 3 mois. « A partir du moment  où nous sommes dans un régime exceptionnel, il est vraisemblable que ces perquisitions vont se multiplier sur le territoire national ».

Veuillez télécharger le lien pour lire la suite de l’interview:

http://www.franceinfo.fr/actu/justice/article/l-etat-d-urgence-ne-protege-pas-contre-les-recours-maitre-emmanuel-daoud-747581

Article rédigé par : admin