Christophe Gavat, défendu par Emmanuel Daoud et César Ghrénassia, relaxé dans l’affaire Neyret

24 juillet 2018
twitterlinkedinmailtwitterlinkedinmail

La Cour d’appel de Paris a mis fin le 12 juin 2018 à près de sept ans de procédure dans l’affaire de corruption, violation du secret professionnel, trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et détournement de scellés impliquant notamment l’ancien commissaire de police de Lyon, Michel NEYRET, et deux de ses adjoints, Christophe GAVAT et Gilles GUILLOTIN. Aux termes de son arrêt, la cour d’appel a condamné l’ex-numéro 2 de la PJ de Lyon à quatre ans d’emprisonnement dont dix-huit mois avec sursis, soit la peine ferme prononcée en première instance en 2016, alourdie d’un an et demi avec sursis et d’une interdiction définitive d’exercer.

Christophe GAVAT, ex-commissaire de police de Grenoble, désormais en poste à Marseille, a, à nouveau été relaxé par la Cour d’appel de Paris. A l’issue des débats, le représentant du Ministère public, appelant du jugement de première instance, avait renoncé à requérir contre lui. Christophe GAVAT est le seul officier de police judiciaire renvoyé devant une juridiction correctionnelle à avoir bénéficié d’une telle décision.

Veuillez télécharger le lien pour lire la suite de l’article :

Christophe Gavat, défendu par Emmanuel Daoud et César Ghrénassia, relaxé dans l’affaire Neyret

Article rédigé par : agence.majba